EXPOSITION

Notre page                    Notre chaîne vidéo                    Nos instantanés

© TERRA VIVA   /////   Contact 

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

14 rue de la Fontaine /// 30700 St Quentin la Poterie

33 (0)4 66 22 48 78

A l’origine

Du 11 juin au 2 août 2017

///////////////////////////////////////////
///////////////////////////////////////////

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

CERAMIQUE  D’ART ACTUELAccueil.htmlAccueil.htmlshapeimage_9_link_0
CONTACTContact.htmlContact.htmlshapeimage_10_link_0
EXPOSITIONshapeimage_11_link_0
ARTISTESArtistes.htmlArtistes.htmlshapeimage_12_link_0
LA GALERIELa_Galerie.htmlLa_Galerie.htmlshapeimage_13_link_0
PROGRAMMATIONProgrammation.htmlProgrammation.htmlshapeimage_16_link_0
VIDEOSVideos.htmlVideos.htmlshapeimage_17_link_0

Adeline CONTRERAS - Daphne CORREGAN

Yoshimi FUTAMURA - Isabelle LECLERCQ

Martha PACHON RODRIGUEZ - Ingrid VAN MUNSTER

A l’origine de cette exposition, un constat, celui de la récurrence d’une forme chez les céramistes contemporains : le cocon.

De ce constat, une envie : explorer comment le mystère des origines habite l’oeuvre de quelques artistes choisies pour la singularité de leur univers et leur interprétation du sujet.

Dans sa rondeur, la forme ovoïde affirme volontiers sa filiation avec le bol, à la fonction première et nourricière. Clos sur lui-même, il devient le symbole de la matrice originelle.

Souple, vibrant souvent, il incarne le mystère de la genèse comme le font les enroulements de grès ou de porcelaine, d’Isabelle Leclercq. Cocons et chrysalides sont des formes récurrentes de son univers, aujourd’hui rejoints par la non moins évocatrice figure de Vénus.

le cocon peut aussi prendre la forme d’habitats singuliers avec Adeline Contreras. Mêlant la terre au textile en des maillages complexes, ses créations, isolées ou présentées en installations, associent la sophistication de certains nids d’oiseaux à la puissance visuelle d’objets rituels primitifs.

Ouvert, percé ou transpercé, le cocon exprime, dans les sculptures de grès brut habillé de fines lignes de porcelaine de Yoshimi Futamura, l’énergie vitale, élémentaire, où la simplicité et la beauté des matériaux participent à la puissance d’un style. Le secret de cette perforation - cratère, repaire ou trou noir - nous relie aussi à la problématique du lien entre notre monde et le cosmos, perceptible dans les émaux profonds et veloutés d’Ingrid Van Munster.

La fascinante attraction exercée par son ouverture en fait parfois un témoignage du mystère de la sexualité, source de toute vie, comme dans les «Objets de séduction» de Martha Pachon Rodriguez, où le raffinement se conjugue à la précision. Une thématique que rejoint l’inédit «Sipapu» de Daphne Corregan : fidèle à sa vision contemporaine nourrie d’«ailleurs», elle nous convie à une plongée au coeur de la mythologie des Amérindiens Pueblos, pour lesquels le «Sipapu» est un espace rituel de communication avec ceux du dessous (ceux qui sont morts ou qui ne sont pas nés), et dont le nom désigne aussi le sexe féminin.

Adeline Contreras

Daphne Corregan

Yoshimi Futamura

Isabelle Leclercq

Martha Pachon Rodriguez

Ingrid Van Munster

© Jérémie Logeay